jeudi, novembre 09, 2006

19 ans depuis Bourguiba, qui était-il?


Beaucoup des jeunes tunisiens d'aujourd'hui n'ont pas vécu un jour de l'époque bourguibiste, mais tout le monde a son idée de ce qu'était le premier chef d'Etat tunisien d'aprés l'indépendance. Je n'ai pas vécu beaucoup de cette époque moi-même. En 1987 je n'avais que 10, et là j'en ai presque trente, alors je ne peux pas dire que je me souviens de beaucoup de choses depuis tout ce temps, mais ça ne m'empêche pas d'avoir mon idée sur "Al Moujahid Al Akbar" (c'est fou comme les temps changent, qui aujourd'hui oserait se faire coller un tel pseudonyme sans passer pour un terroriste international?)

Pour moi, on peut parler de Bourguiba selon deux perspevtives: soit on parle de HB l'homme, soit de HB le président. Mélanger les deux serait tomber dans l'erreur commune que presque tout le monde commet en évoquant Bourguiba, mais évaluer l'oeuvre d'un président est différent de juger ou d'évaluer un homme, qu'il s'agisse d'un jugement moral, religieux ou autre.


Bourguiba l'homme etait certainement un personnage trés intéressant, intelligent, rusé, et qui trouvais les mots justes pour faire passer son message a un peuple pour la plupart ignorant. il etait aussi quelqu'un d'extrêmement imbu de lui même, atteint de la folie des grandeurs, et certains lèche-culs de l'époque ont fait en sorte qu'il se prenne vraiment pour ce qu'il voulait être: une sorte de legende des temps modernes.

Avec toutes ces caracteristiques on peut toujours faire un bon president!

Mais si je devais juger Bourguiba le president, il faudra me mettre dans l'evidence que c quelqu'un qui a aboli la monarchie pour ensuite monopoliser le pouvoir entre ses mains. Qui a pris les commandes d'un pays fraichement sorti de la coloniation pour le laisser trente ans apres, dans une misère structurelle, economique et politique. Qui a ignoré les droits les plus simples de la citoyenneté et de l'humanité, et qui a laissé derriere lui une culture de l'allegence aux personnes et aux symboles, chose qui rappelle plus la khilafa que la republique.

Et pour ceux qui diront que j'ai oublié ou fermé les yeux sur tout ce que Bourguiba a accompli de bien pour la Tunisie, je dirais que oui, il a relativement developpé l'éducation et la santé, relativement "emancipé" la femme, qu'il a promulgué le code du statut personnel, mais bon dieu, en trente ans de pouvoir, qui d'entre nous n'aurait pas réalisé trois ou quatre trucs de bien pour le pays???

Comparés aux autres pays arabes, la Tunisie a certes fait l'exception et a mérité un statut de 3amcha fi Bléd el 3omyéne, mais je ne pense pas qu'etre une 3amcha soit vraiment un motif de fiereté. Arrêtons pour une fois de nous comparer à ceux qui sont pires que nous, cela ne fera que nous inciter bech nzidou nkarkrou (pour stagner encore plus) , et surtout ne nous comparons plus aux chers pays arabes qui sont sortis du cours de l'histoire et de la civilisation et sont devenus les clowns du monde!


Comparons nous a la Côrée du Sud, qui avait dans les années soixante le meme PIB que le Ghana et moins de ressources naturelles! Walla houma bachar ou na7na condamnés bech nkounou Hwayech? (ne sommes nous pas tous des êtres humains?)

Bourguiba est parti, Allah Yara7mou, mais la Tunisie souffre encore du système et des traditions qu'il a mis en place, et je me demande combien de temps il faudra encore pour s'en séparer définitivement. On ne peut qu'attendre, éspérer et compter le temps qui passe.


19 commentaires:

Anonyme a dit…

BTB, moi à l'époque j'avais plus de 20 ans et je partage une partie de ton analyse du personnage mais je veux ajouter un ou deux trucs. Bourguiba n'a pas toujours été un mégalo, il a commencé à l'être au milieu des années 70. Au début c'était vraiment un visionnaire et a adopté un style de management digne d'un chef de gouvernement d'un état démocratique, il a délégué, fait confiance a ses ministres, n'a jamais fait du micro-management, s'occupait principalement de tracer les grandes lignes du gouvernement et les épisodes de Ben Salah et Nouira le prouvent. Ils avaient une autonomie complète. Mais malheureusement, après 2 crises cardiaques et des absences répétées, les loups du parti et sa femme ont commencé ce qu'a abouti au Bourguiba que tu as connu et au system existant, un vrai retour en arrière. Les reformes Bourguibiennes ont été effectués pendant les 10 premières années de l'indépendance quand il était vraiment au pouvoir. Apres c'était la stagnation et un développement comme tu dis normal en parallèle avec l’exploitation d’un vieux monsieur qu’on a fait vivre dans un autre monde.
N'oublions pas aussi son parcours exceptionnel de "combattant" qui a passé une grande partie de sa vie en prison ou en exil. C'est vrai qu'il faut s'en séparer et ne pas le glorifier mais il faut rendre à César ce qui est à César.
Mzali et Taher Belkodja ont parmi d’autres bien décrits dans leurs mémoires cette époque que j’ai partiellement vécue mais qu’on ne trouve pas encore dans les livres d’histoires.

Tarek Kahlaoui a dit…

Samsoum: I'll begin with the last remark; actually "on trouve cette epoque dans les livres d'histoire": if you have access to a good library try to find the publications of the center of Abd Jelil Ettmimi (Al-Tamimi)which organized and published many colloquia on the subject of Bourguibism and Bourguiba (by the way even the memoires of Belkhouja and Mezali were stimulated by their testimonies in Ettmimi center).
As of the 60s and beginning of the 70s I don't think his style was "un style de management digne d'un chef de gouvernement d'un état démocratique"... one may say at best a style that gave more power to his employees... but certainly that's not enough to see a style of a democratic leader. Ben Saleh as he said it more than once (including to me personally as I visit him almost each summer in his Villa in Rades) that Bourguiba never gave him his announced power as a prime minister and head of many government branches... the highest power was always in the hands of Al-Diwan Al-Siyasi and the latter was appointed by the president... Actually if Ben Saleh is regeretful about one thing that would be his acceptance of the power of the party being higher than that of the government... This is in fact the most indicative aspect of the 60s telling us how such "style" was undemocratic.
The same should be said about Nouira. He was always trying to catch up with the behind scenes intrigues in which Bourguiba was at the center (as an example Bourguiba-Gueddafi's announcement of a union in 1974 while Nouira was visiting Iran).

BTB: I think, however, that Samsoum has a good point that is Bourguiba before becoming a president (a more appropriate distinction should be made between "le personnage et l'homme politique" rather than what you did that is between "le perseonnage et le president"). He was one of the major anti-colonialist leaders of his time. Regardless of what might seem as an opportunistic policy (as opposed to the policies of Al-Tha3albi and then Ben Youssef), he proved to be an effective political leader. Besides he should be recognized as a strategist thinker as president. In the 60s he opted (through Ben Saleh) to somekind of "socialism" (or better state-run economy) when most of the world then (including the most Capitalist countries)were following that model. Early in the 70s he opted (through Mestiri and then Nouira) to "an open market" economy just when the world started to reject the state-run economy. He anticipated such changes relatively early (this is to say that his choices of Ben Saleh and Nouira were not for their personal essence). Finally regardless of his political one-party state model his economic choices (with Ben Saleh or Nouira)always assured a basic social sense that assured the absence of a deep gab between the social classes that is a relatively strong middle class. This proved to be a major step that certainly prevented a more chiotic situations.
Anyway much more could be said but it's late now... Good Night.

Big Trap Boy a dit…

@Samsoum et Tarek kahlaoui:

Merci pour cet excellent apport au débat qui certes s'annonce trés long. J'ai ommis de parler de Bourguiba le combatant du colonialisme, l'éxilé et le prisonnier politique, c'est vrai, mais je ne le dénie pas, peut-être que j'ai oublié de le faire, mais bon, il faut dire qu'il a passé trente ans à le dire et à s'en venter dans ses discours.

Bourguiba démocrate? je ne crois pas trop ya Samsoum. Comme l'a dit T.K, à la limite était-il plus disposé à faire participer les autres au début de son reigne, mais je crois qu'il pensait être indispensable à la Tunisie et à ce nouvel Etat qu'il a créé et dont il était le père éternel. C'est peut-être un phénoméne naturel, le plus on reste au pouvoir, le plus on s'y accroche et le moins on a envie de le partager.

Tarek K., c'est vrai que la disinction entre "le personnage et l'homme politique" parait plus logique, je te l'accorde, mais si j'ai fait cette distinction entre "le personage et le président", c'est que je pense qu'être le plus haut responsable d'un pays est une responsabilité énorme, et que celui qui y accéde doit être jugé, ou disons évalué :) pour ce qu'il en a fait, indépendamment de ce qu'a été son activité précédente ou ultérieure en tant qu'homme politique. C'est dans ce but qu'on organise des éléctions dans les pays démocratiques, pour sanctionner ou récompenser les responsables. Je crois donc que les deux distinctions peuvent être retenues.

J'ai du respect pour Bourguiba pour plusieures raisons: sa vision, son intelligence, sa culture, son intégrité, sa "propreté" comme on dit en arabe, mais de là à en faire une idole et oublier toutes les pages sombres de son histoire, ce serait un peu éxagéré.

One.

ancien combattant a dit…

Le mot "vision" a été cité une seule fois dans vos commentaires. C'est justement le Bourguiba visionnaire qui a marqué son temps.

Imaginez un seul instant, à l'aube de l'indépendance, dans une société très conservatrice pendant les années 50 dans un pays arabe et musulman UN homme qui DECIDE de changer le cours de l'histoire. Bourguiba avait une vision de la Tunisie : moderne, éduquée, développée et il a APPLIQUE cette vision en s'appuyant sur sa légitimité historique et usant de son sens politique aigu pour amener les gens (y compris parfois de manière forcée) dans le sens qu'il voulait imprimer à l'histoire.

C'est cette vision de Bourguiba qui a fait de la Tunisie, malgré tous ses travers, un pays avant-gardiste du monde arabe dans de nombreux domaines fondamentaux.

En définitive Bourguiba était un despote éclairé. Son despotisme a ancré le culte de la personnalité et l'absolutisme dans notre culture nationale. Mais ce despotisme était modéré par l'appropriation de la modernité pour la mettre au service de la nation. En cela nous lui devons une fière chandelle !

Anonyme a dit…

BTB, je me suis peut etre mal exprime, je ne voulais faire de Bourguiba un democrate :-) je voulais dire qu'il adpotait certains aspects d'un chef de gouvernement democrate, comme si il l'etait.
Il aurait du quitter au debut des annees 70, mais ....
Anyway, c'est un grand monsieur et c'est de l'histoire maintenant

bribech a dit…

Moi personnellement je penses ke Bourguiba a fait plus de bien que du mal.. cad je penses kil etait l'homme parfait pour cet epoque. "Il rajil il mounessib fil wa9t il mounessib wel maken il mounessib". Bien sure je ne parle pas de tte les 30 annees de son reigne au poivoire. Je me demande pourkoi personne n'a pas evoque le fait ke Bourguiba a insiste a separer l'etat et la religion?????? je penses ke ca a vraiment ouvert beaucoup de fenetres pour la Tunisie de l'epoque et il faut continuer a l'apprecier pour ca....

Anonyme a dit…

Juste pour dire que l'exemple de la Corée du Sud est trop facile et on nous le sort à tous les coups. Mais il ne faut pas oublier de mentionner que ce pays a eu droit à une aide abondante, et c'est un euphémisme, des Etats-unis pour contrecarrer la Corée du Nord sous domination soviétique.

Juste pour dire qu'il faut des arguments plus solides pour convaincre!

Big Trap Boy a dit…

Tu veux être convaincu de quoi au juste, l'anonyme? Que la Corée du Sud est un pays développé ou que nous sommes un pays sous développé? C'est quoi ton idée toi su tu en as une?

La Corée du Sud a certes bénéficié d'une aide financière américaine, mais crois tu que la Corée a reçu plus d'argent que les pays pétroliers arabes ont amassé de la vente du pétrole? Lequel de ces pays est plus développé que la Corée aujourd'hui?

Et la Suéde? Elle a eu l'aide de qui? Et le japon?

Massir a dit…

@ Big Trap Boy:

La Suède et le Japon ont eu l'aide de leurs propres citoyens!!!!!

Ils ont un sens civique développé et beaucoup de discipline.

Dis-moi, comment un peuple qui est encore incapable de faire une queue correctement peut prétendre se "développer" comme la suède et le Japon?

C'est un autre débat, et juste une petite parenthèse que j'ai ouverte.

Pour en revenir à Bourguiba, comme Samsoum, j'ai vécu la période Bourguiba, et je suis tout à fait d'accord avec les propos de Samsom et d'Ancien Combattant. La Tunisie a eu une chance énorme d'avoir eu quelqu'un comme Bourguiba pour la mettre sur les rails lors de son indépendance.

Je ne peux plus dire Yahya Bourguiba, mais je dirais allah yarhmou.

Petite anecdote le concernant: vers la fin de son "rêgne" (je ne me souvient pas de l'année), il est allé avec Wassila aux USA pour une visite officielle. Le président US parlait avec Bourguiba de l'histoire des Etats-Unis. A un moment, Bourguiba l'a interrompu. Il lui avait dit ques ses connaissances étaient fausses et les lui a corrigées. Bourguiba connaissait mieux l'histoire des USA que le président américain. Cette anecdote est vraie. Wassila elle-même me l'avait racontée à leur retour des USA. Elle montre la force et la culture d'un grand homme!!!!

Big Trap Boy a dit…

@ Massir:

Oui Massir, c'est vrai ce que tu dis, mais la Suède et le Japon ont aussi bénéficié d'un haut niveau de gouvernance et celà, ce n'est pas au peuple de le faire. Je ne peux pas blâmer les gens de ne pas faire la queue quand les régles mêmes de la vie en société et en communauté ne sont pas clairement définies ou ne sont pas applicables à tous avec la même rigeur.
Les gens ne sont pas dupes, ils ne se soumettent pas à un ordre social auquel ils n'adhérent que pas coincidence ou par obligation.

C'est un tout autre débat comme tu dis , mais c'est tout aussi itéressant.

Massir a dit…

Toujour pas d'accord. Je pense qu'il faut commencer par soi-même.

Par exemple, dire: "je ne ferais la queue que lorsque les autres la feront", "je ne jetterais aucune ordure dans la rue que lorsque les autres le feront"......, ne nous mènera à rien.

Les règles élémentaires de comportement et de respect d'autrui, nous les connaissons tous. Alors, qui nous empêche de les appliquer?

Personnellement, depuis que j'étais très jeune, jamais je ne jetais un papier par la fenêtre, jamais je n'essayais de passer avant quelqu'un qui est arrivé avant moi.... Je n'attends pas que les autres le fassent pour le faire moi-même.

L'année dernière, mon fils qui est à la mission a eu une punition, et une retenue pendant 2 heures.

Il était très en colère.

Lorsque j'ai vu le papier que l'administration de son école lui avait donné, j'ai été très agréablement surprise.

Mon fils avait été surpris par un surveillant alors qu'il avait jeté un papier par la fenêtre de sa classe. Rapport pour les parents. Punition: "je ne dois pas jeter des....", et pendant les 2 heures de retenue, il devait rédiger une dissertation sur l'environnement et les moyens de le préserver.

de passage a dit…

Ce que beaucoup ont oublié, ou feignent d'ignorer, c'est le nombre de morts et d'assassinat qui jalonne, les 33 années de son pouvoir. En 1962, il à comdamner à mort et cela au grand étonement de la presse internationale, une grande partie des insurgés ou comploteurs de l'époque.Qui étaient ces condamnés à mort ? Des terroristes ? Des islamistes ? des intégristes ? Non, car à l'époque ces termes n'étaient pas assez banalisés pour êtres utilisés. Ces hommes, étaient tout simplement ceux qui c'étaient battus contre la france et qui manifestaient leur colère d'avoir été spoliés de leur victoire. Il voulaint tout simplement remettre bourguiba à sa place, parce qu'ils ne voyaient pas venir la démocratie et ne voyaient pas le pouvoir selon la mêm vision que bourguiba. Ils voulaient tout simplement un peu plus de libertés et voirent ce pour quoi ils s'étaient battus tout simplement appliqués dans le pays qu'ils aiment. Ils ont été balançés par un traitres de l'armée (amor toukabri)et le résultat pour eux , se fut des séances de tortures abominable. Bahi ladgham en personne participa à l'interrogatoire et rendait des comptes à bourguiba au kef.Voiçi quelques extraits du récit d'un survivant condamné aux travaux forcé à perpétuité , je penses car sinon il ne serait plus là le sieur azzedine azzouz arrêté sans avoir été jugé le 25/12/62 . D'après son récit l'histoire ne pardonne pas tunisie 1938-1969(l'harmattan/dar ashraf editions 1988).
" je fus réveillé par d'atroces cris de douleurs provenant de pièces avoisinantes. Je réalisai promptemant que l'interrogatoire nocturne commençait ... Je peux décrire ici ce que j'ai entendu ce soir là, tortures,supplices,cris inhumains' coup de cravache,étouffements à l'eau,brûlures à la cigarettes et à l'électricité, supplice de la bouteille ... Je ne pouvais en croire mes oreilles et m'imaginer vivre en plein vingtième siècle, dans une tunisie moderne et indépendante sous la présidence de bourguiba.Un policier de stature colossale fit irruption dans la pièces ou j'étais, une cravache à la main et tout en sueur à force de frapper les détenus " . La suite, vous la lirez vous mêmes .
S'il y en a qui le regrette, c'est leur droit et s'ils sont nostalgiques des anciens yahya , c'est leur droit aussi, mais ne nous contestez pas le droit d'accuser cet ancien despote de tous les maux dont il était effectivement responsable.

Big Trap Boy a dit…

@ Massir:
Je n'encourage ni ne justifie le manque de civisme, je dis juste que je le comprend. Tout le monde n'a pas eu droit a la même éducation, et l'exemple de ton fils est révélateur de l'importance de cette dernière.

Il y'a trop de gens délaissés par le système politique, économique et social, et je ne m'attend pas de leur part à un civisme irréprochable. C'est tout.

Amicalement

Anonyme a dit…

@TrapBoy

Je pensais qu'on débattait sur la Tunisie pas les pays arabes pétroliers.

Mon idée, c'est juste que les exemples sont nombreux et qu'il est difficile de faire des comparaisons vu les contextes. Et qu'il faut se regarder dans la glace au lieu de regarder les autres.

Big Trap Boy a dit…

Se regarder dans la glace est une excellente idée, seulement voilà, beaucoup de gens qui ont intérêt à nous faire croire que tout va pour le mieux n'arrêtent pas d'utiliser ce genre de comparaisons avec les pays les moins développés et surtout les pays arabes? comme si notre destin devait dépondre du leur. Ce que j'ai dis moi c'est qu'il n'y'a aucune raison de toujours nous comparer aux pires pays por nous sentir bien, et qu'on pouvait aussi regarder vers les pays qui ont réussi mieux que nous avec des ressources limitées.

Amicalement.

Anonyme a dit…

votre BOURGUIBA a tué et mis plein des gens en prison "cf l'affaire de 1962" tu n'es pas encore né mon gars vive zine el abidine qui a sauvé le pays en 1987

Big Trap Boy a dit…

@ Anonyme:

Ayya barakalahou fiik!

:))

Remarque que je suis heureux de ne pas être encore né en 1962, mon VIEUX.

:)

Anonyme a dit…

Quel sujet !!

Ce sujet, s’il continu il ne finira jamais. :) tout simplement invoqué un personnage qui n’y est plus !, ou comme quelqu’un d’entre vous à dit « la partie sombre de Bourguiba » … il y on a tellement de mystères que seulement quelques personnes y connaissent seulement quelques données et ça ne permet pas de tout comprendre, ni de percer certains mystère :)).

Je vois que tous vous confirmez, malgré que quelques-uns déteste ou désapprouve la conduite de Bourguiba, que Bourguiba avez pour principal soucis de développer voire mieux la Tunisie. (Je n’aimerais pas re-cité les biens qui ont été déjà dit, et je ne veux pas dire plus de bien)

Maintenant lorsqu’on évoques les sois disant tragédies que Bourguiba a fait !! (Je ne le défends pas et je ne contredis pas ce qui a été déjà invoqué ds vos précédents msg), la question qui se pose : POURQUOI Bourguiba a fait ça, c pour le pouvoir seulement !! Croyais mois je m’en doute fort.

Je pense qu’après ça mort, le jugé ne nous mènera à rien, que se soit entant que HB, ou entant que chef d’état.

Néanmoins, le personnage de Bourguiba je trouve qu’il est très intéressant à le comprendre, et à comprendre ces intensions qu’il voulait apportées à la Tunisie. Tout simplement, et comme vous l’avez affirmé parce que Bourguiba été un visionnaire hors repère, qui anticipe les choses, selon un raisonnement logique et suite à une vaste connaissance dans la culture que ce soit de la Tunisie ou même de plusieurs d’autres pays, aussi une connaissance de l’histoire stupéfiante. Donc Bourguiba, a acquis un certain sens d’analyse qui est due à ses connaissances qui n’est pas très abondant de nos jours.



J’ai fait trop long pour dire seulement :

- si j’ai à défendre Bourguiba sur certaines choses qu’il a faites, je dirais qu’il « sentait » des menaces (le sens de prévoyance ;) ) pour ses idées sur la Tunisie moderne provenant de certaines personnages, qui les a condamnées à …

- Quelques intensions Bourguibienne que je trouvent intéressante jusqu’aujourd’hui, il disait : « ana in7ib nibni Elwatanya 3ala taghyiir il bachar », il parlait aussi de « taghyiir al admigha al bacharyia », => qques justifications de ce qu’il a avancé : c’est de ne pas « commettre des erreurs les erreurs qui ont fait des gens au passés », « s’inspiré de l’occident pour faire une Tunisie moderne ».

- Si je contrôlais le temps, et on peut revenir en arrière, je choisirai comme même Bourguiba pour gouverner la Tunisie jusqu’au année 70, et je le mènerais après devant la justice pour justifier ces actes.

- Je dirais à ceux qui aime Bourguiba et crois en lui jusqu'à mnt, spécialement les monastiriens : « hé oh ! réveillez vous, le roi est mort, VIVE LE ROI ».

- Je dirais aussi, à ceux qui méprisent Bourguiba, ne laisser pas votre mépris vous priver des leçons bénéfiques bourguibienne.

- Que ce soit vous aimez Bourguiba, ou vous le détestez => profitons de son savoir, de ce qu’il a annoncé pour améliorer la tunisie. De toute façon se qui compte le plus c’est le SAVOIR (c’est l’une de ses annonces), peut importe notre sentiment envers sa personne.

--> il en reste qques de ses discours qu’on peut retrouver et ETUDIER.

Ce qui compte c’est avoir une Tunisie moderne, développer, qui emporte des défis et qui surmonte les difficultés.

Croyez moi, ce qu’a fait Bourguiba n’est pas très évident à le réalisé cher BTB, même si tu trouve que 4 réalisations sont peux, je te jure que ce n’est pas du tout évident de les réalisées, sans omettre les conditions quand elles ont été faites.

Je souhaite qu’il repose en paix la où il est. « wathkourou mawtékom bil5ayiir »

Anonyme a dit…

Je pense que notre drame en Tunisie aujourd'hui c'est que nous que regrettons Bourguiba car au moins le pays avait de l'espoir de s'en sortir a cette epoque.
Malheureusement avec Zozo, tout espoir est detruit