dimanche, novembre 05, 2006

ِِCrime Story

J'ai reçu le mail suivant de la part d'un lecteur du blog, l'histoire est assez flippante: un braquage digne d'un film d'action, histoire de nous rappeler que le pire peut nous arriver à tous quand on s'y attend le moins. J'ai moi même été "victime" d'une tentative de braquage il y'a de ça un mois, mais disons que j'ai eu de bons reflexes.

L'histoire suivante n'est qu'une illustration de ce qui se passe de plus en plus souvent chez nous. Le crime est à la mode ces jours-ci.


La route de l'enfer:

Il est 19h20, mon cousin et sa femme devraient être arrivés. Les quatre heures prévues pour la route sont déjà bien écroulées. Le jeune couple a voulu éviter la nuit, surtout que le conducteur est encore stagiaire et il n’est pas encore habitué aux longs voyages. Mais, des contraintes professionnelles du mari ont mené à ce que le départ soit retardé d’une heure ou deux. Il n’est pas question de manquer un important rendez-vous de travail le lendemain matin à Tunis.

Mon portable sonne, le numéro de mon cousin s’affiche. Une voix affolée me répond. Ça m’a suffit de comprendre que quelque chose de grave s’est produite. Et que le pire que je craignais soit arrivé. J’ai pu entendre dans ses murmures qu’il venait de faire un accident et que l’état de santé de sa femme et de la sienne ne présentait aucune gravité. Je n’ai pas trouvé les mots pour essayer de comprendre la situation et j’étais obligé à terminer la conversation. Il a fallu encore supporter trois heures d’angoisse avant que le camion remorqueur arrive.

Un accident… pas comme les autres

Enfin, un premier soulagement. Mon cousin et sa femme n’ont visiblement aucune blessure apparente. Par contre, les effets du choc étaient, eux, très claires sur leurs visages… et sur la voiture!

« On a été victime d’un braquage », mon cousin dit d’une voix tremblante. « On a pu éviter le pire », ajoute-t-il.

Une agression sur la route

A quelques kilomètres du péage d’Enfidha, en provenance de la ville de Kairouan, il commençait déjà à faire sombre et la circulation était moins dense sur cette route connue d’être très sollicitée, surtout par les automobilistes en provenance du sud et cherchant à emprunter l’autoroute A1 (Hammam-Lif – M’saken). Au moment de la commutation code-phare, le conducteur se trouve devant un véritable barrage sur la route. C’étaient d’énormes sacs remplis de sable, ou peut-être de pierres, allongées rectilignement sur la totalité de la largeur de la chaussée. Paniqué, et sans chercher à comprendre, le jeune stagiaire se trouve pris au filet et tente d’éviter la catastrophe. La voiture s’envola et il finissait son dérapage juste avant de heurter les barrières d’un pont, probablement choisit par les criminels pour perfectionner leur piège de mort.

Dès que la voiture atterrit, un homme – négligeant la gravité de la situation et insouciant de l’état de vie ou de mort des passagers de la voiture – force la porte arrière de la voiture à la recherche d’objets précieux, plus précieux -selon lui- que les vies de deux humains…

Heureusement des villageois ne tardaient pas à arriver et la foule très vite rassemblée. En tout cas, pas aussi vite que le temps nécessaire à la bande de malfaiteurs pour camoufler soigneusement le piège dans leur monovolume.

Une bande d’amateurs ou un gang organisé ?

Quelqu’un peut se demander si la situation aurait pu être plus grave si le conducteur a pu arrêter sa voiture devant le barrage et éviter le dérapage. C’est justement la configuration idéale attendue par le gang présumé. La scène aurait pu se transformer en actes de violences physiques contre des personnes en position de faiblesse et probablement au vol de leur voiture et même pire . Mais comment les gangsters ciblent-ils leurs victimes ? Auraient-ils osé à intercepter un véhicule avec des bras musclés à bord ou tomber par hasard sur une patrouille de police ?

Il s’agit vraisemblablement d’un réseau bien organisé et qui profite des outils de communication, notamment les téléphones portables pour accomplir leurs actes affreux.

Y a-t-il une relation entre ce fléau, et les 17 morts de la semaine dernière sur cette route et les routes voisines ?

12 commentaires:

Anonyme a dit…

BTB, c'est exactement ce qui s'est passe a un copain a moi qui venait de débarquer du bateau en provenance de Marseille avec une BMW serie 3 vielle de 3 jours, pleine a craquer et même un attelage ou petite remorque. C'était son retour définitif apres 3 ans d'études pour avoir le doctorat et 2 années de travail. Heureusement que sa femme et sa fille de 8 mois l'avaient précédé de quelque jours.
Il était originaire d'une ville du Sud et a choisi la nouvelle route a l'époque celle de Kairouan ,Sbikha, Gabes.
Le même scénario décrit ici, des grosses pierres sur la route au niveau d'un virage qu'il a vu et a hésité a s'arreter soupçonnant le braquage et a décidé de passer dessus, ce qui a failli l'envoyer en roulade mais il a eu de la chance, sauf que la voiture a été complètement bousillé et s'est arrêtée 2 ou 3 km plus loin. Ceci étant en 96, pas de portables a l'époque mais il y avait un motard de la garde nationale qui a apparu moins de 2 mn aprés l'incident et s'est comporté d'une manière trés suspecte lui disant que c'était pas la peine de porter plainte et qu'il connaissait quelqu'un qui pourrait le remorquer. Mon copain a refusé et a eu la chance, vu qu'un louagiste qu'il connaissait, passait par la et s'est arrêté et lui a dit de ne pas bouger, et est parti au village plus proche téléphoner a sa famille qui a lui a envoyé un remorqueur et un camion pour prendre ses affaires. Il soupçonne toujours ce motard d'être un complice mais bon!! La voiture était foutue et l'assurance n'a pas voulu débourser un sou vu qu'il n'y avait pas de proces ni de témoins !!!!

de passage a dit…

C'est un zone sinistrée t'as vu la misère dans chaque village traversé . Je connais tellement bien c'est route, je mettais 3/4 d'heure pour relier kairouan-tunis . Je n'ai jamais été victime de braquage ou de barrage, ni sur cette route, ni sur d'autres . Mais, j'ai entendu parlé de fausse auto-stoppeuse, de fausse panne, de mec déguisé en femme vers borjine route de msaken par exemple . Quand il y augmentation de traffic et désenclavement comme pour borjine qui a béneficier depuis d'activitées commerciales liée à la route, il y a diminution de ce genre d'activité, je dis cela sous réserve . Si tu vas du côté de kasserine, je pense que c'est pire, car je connais quelqu'un qui a été pourchassé par une voiture . Ceci dit, même en france, il y eu ce genre d'activité, les réseaux ont été démantelés, c'était des gitans qui se livraient à ce genre de braquage à l'aide de voiture .

Anonyme a dit…

je ne vois vraiment pas pourquoi vous vous alarmez??
tout va bien!!
la criminalité augmente avec la pauvreté et la misére.
c'est une lapalissade!!

DaLI a dit…

C'est bien de dénoncer de tels actes criminels, mais ... y a toujours le revers de la médaille, une loi interdisant les blogs en Tunisie est entrain d'être votée, c'est le but essentiel du SMSI.. On va voire nos blogs fermés, la liberté de presse à jamais censurée.. Vraiment décevant. Je me sens meurtris par ce qui se passe et il n y a plus aucune parade. Voilà les Amis, nous devons vivre avec ça. Des malfaiteurs, des voleurs.. On est violé, meurtrie, arnaqué et en prime on doit la boucler. Rien à ajouté.
Un truc à la Fin BTB ça n'a rien avoir avec la politique ce que je dis, seulement je tenais à vous informez tous de ce qui va se passer dans les prochains mois, et qu'on ne peut que subir, alors profitez du moment présent, y n'en aura pas d'autres certainement. :(

de passage a dit…

Une loi interdisant les blogs en tunisie, n'a pas besoin d'être votée . Il suffit que quelqu'un dise ça suffit assez et s'en est finit des blogs . D'un autre côté, rien est sûr, car si ça doit se faire dans quelques mois, on a le temps de voir d'autres évenements survenirs .

Big Trap Boy a dit…

@ DaLI:
Merci pour le total hors sujet, quoique ce soit assez intéressant cette histoire. T'es sûr de cette info? Moi ça m'étonnerais une loi pareille, peut-être parlera-t-on d'une réglementation similaire à celle de la presse. Certaines limitations pourraient être imposées mais pas un pure interdiction des blogs. Je dis ceci avec beaucoup de réserve quant à l'authenticité de l'information. T'aurais dû en faire un post sur ton blog si t'en es si sûr.
:))

Anonyme a dit…

Dali, tu peux nous indiquer d'ou est ce que tu tiens cet info a propos de l'interdiction des blogs?

ancien combattant a dit…

Dali ironise.

Sinon, j'entends bcp de récits à propos de la montée de la criminalité chez nous. Des récits "bien racontés", à la tunisienne, où le vol d'un cellulaire devient un "braquage de cellulaire" et où le braquage d'une personne devient une "action terroriste". Les journaux "populaires" de caniveau qui en font leur fonds de commerce ne sont pas avares de détails macabres. le dernier récit en date parlait d'un criminel qui a "léché le sang de sa victime après l'avoir tuée" (Source : le bien nommé Assarih).

Sans doute que la criminalité constitue un problème important en Tunisie. Il est probable qu'elle a augmenté et que son augmentation est liée aux travers de la société de consommation et à la précarité. Mais en l'absence d'études, de chiffres sérieux et surtout d'un débat national serein sur toutes ces questions, on en restera à cette représentation hollywoodienne de la criminalité, sujette à la récupération facile par les moralisateurs (pour dire que tout va mal et qu'il faut rétablir l'ordre moral), les religieux (pour dire que la cause de tout cela est l'abandon des valeurs religieuses et que le salut ne viendra que par le "retour à Dieu") mais aussi par le politique pour servir ses divers discours.

Hier, pendant le zapping de Canal+ (l'une des meilleures émissions de télé - en clair tout les dimanches à 14H30) on a facilement démonté le discours catastrophiste de Sarkozy sur la criminalité. Le procureur de la république où a eu lieu l'"action criminelle" a bien précisé sur M6 qu'il s'agissait de quelques jeunes désœuvrés qui n'avaient pas d'antécédents judiciaires. Dans le journal de France 3, Sarkozy n'arrêtait pas d'interrompre la présentatrice en martelant, tel un automate tombé en panne, qu'il s'agissait de "vilains criminels, multirécidivistes, sans foi ni loi qu'(on) va punir avec la plus grande sévérité !" Voilà comment le politique élabore son discours sur la sécurité en récupérant de la "plus belle des manières" ce qui se passe dans la société.

Big Trap Boy a dit…

En parlant de récupération, et je te remercie d'en avoir parlé, j'ai eu l'occasion de discuter briévement de la question de la criminalité en Tunisie avec des représentants de l'ordre (la police koi) et à chaque fois on m'a répondu de façon automatique: Tout ça c'est la faute des droits de l'homme et de ceux qui les défendent, mazel 3anna nés mahomch mta3 droits de l'homme...

S'agirait-il d'un échange ou d'un chantage? Faut-il choisir entre les droit de l'homme et les criminels qui nous pourrissent la vie?

Une logique assez bizarre!

bribech a dit…

Walahi c plus grave ke ca ce sujet de creminalite et de braquage en tunisie. Hetha za3ma on a pas l'acces aux armes a feu en Tunisie, sinon tweli Monrovia (capital de Liberia). Avec le nombre des représentants de l'ordre (la police koi) et le nombre des Sabeba (specialite tunisienne) je ne sais pas comment ils laissent des actes pareils leur filler des doigts... c pas le but de la loie? de l'exercer? apres ils disent ke des gens ne meritent pas les droits de l'homme. ti meme les animaux, dans certain pays, ont leur droits...

de passage a dit…

Ce qui se passe en tunisie est bien réel on as beau vouloir se rassurer en pensant que tout cela est amplifié, mais malheureusement ce n'est pas le cas. Je ne sais plus sur quel blog, j'avais lus des statistiques concernant la criminalité dans le monde et la tunisie tenait une bonne place au palmarès . Il me semble quelle arrivait en deuxième position parmis les pays arabes juste derrière le yemen, pays ou l'on porte un poignard à la ceinture et ou les kalach. circulent librement . Je parle du nombre de meurtres pour mille habitants, elle était pas loin de la france, j'ai été très surpris par un tel classement .

Pour ce qui est de sarkozy, il paraitrait, je l'ai lu , mais bon, il se dit tellement de chose que l'on doit se méfier, que des gens du bettar (jeunes sionistes) auraient participé aux provocations dans les banlieues et cela pour aider sarkozy, pour le présenter en sauveur nettoyeur .

Raâfat a dit…

Juste à me mettre dans la situation des gens victimes de ce braquage à la façon "wild wild west" et je me gênerai pas d’y ajouter un « deep » après les deux « wild » si vous voulez, me donne des sueurs froides, surtout quand ta femme en est proie elle aussi. En effet ce genre de criminels est le pire qui puisse exister : mesdames et messieurs je vous présente les braquopates(braqueur-psychopathe selon Segmond Freud s'il était encore vivant!)